L’une des caractéristiques remarquables du marché haussier au cours de la dernière année a été l’activité frénétique autour des premiers appels publics à l’épargne (IPO). Partout dans le monde, les investisseurs ont montré un intérêt extraordinaire pour les nouvelles émissions de titres et étaient prêts à payer des prix élevés pour prendre part à l’action.

Une introduction en bourse a lieu lorsqu’une entreprise privée lève des capitaux en émettant des actions aux investisseurs institutionnels et particuliers. Les premiers appels publics à l’épargne ont établi des records à la fois pour le nombre d’entreprises devenant publiques et les montants d’argent levés. Le boom s’est accéléré alors que les investisseurs sont devenus de plus en plus amoureux des actions technologiques et optimistes quant aux perspectives de croissance économique post-pandémique.

À l’échelle mondiale, les premiers appels publics à l’épargne ont levé un record de 140,3 milliards de dollars cette année, en date du 10 mai, grâce à un total de 670 émissions d’actions, un autre record.

La plupart de ces émissions provenaient des États-Unis, qui ont de loin le plus grand marché boursier au monde avec plus de 55% de la valeur des actions mondiales. Le marché américain des premiers appels publics à l’épargne vient de connaître une année sans précédent en 2020, lorsque 494 émissions ont levé 174 milliards de dollars, soit une augmentation de 150 % par rapport à 2019. Au premier trimestre de cette année, les premiers appels publics à l’épargne ont été encore plus importants avec 365 émissions, levant 129 milliards de dollars.

Au Canada, les résultats sont plus mitigés. Les 77 premiers appels publics à l’épargne en 2020 étaient moins nombreux qu’en 2019, mais les 5,6 milliards de dollars levés représentaient une augmentation de 116% par rapport à 2019. Au premier trimestre de cette année, il y a eu 32 premiers appels publics à l’épargne d’une valeur de 3,2 milliards de dollars.

Les investisseurs sont prêts à payer le prix fort pour les premiers appels publics à l’épargne, en particulier celles émanant des firmes technologiques. Entre 2002 et 2019, le rapport prix/ventes médian des appels publics à l’épargne des firmes technologiques n’a jamais dépassé 12 au cours d’une année civile, selon l’expert Jay Ritter. En 2020, le ratio était de 23, de loin le plus élevé depuis l’ère des point.com. À la fin du mois d’avril de cette année, le ratio était de 20.

L’engouement suscité par les nouveaux entrants sur le marché boursier est tout à fait différent de celui des dernières années. À l’époque, l’attention des médias se concentrait sur le faible nombre d’entrées en bourse et la diminution de la taille du marché boursier.

Un article du Wall Street Journal de 2017 intitulé « Où sont passées toutes les entreprises publiques ? » a noté que le nombre d’inscriptions sur les bourses américaines était tombé à seulement 3 617, la moitié du nombre de 1996. Les introductions en bourse étaient tombées à 128 contre 845 en 1996.

L’argent abondant des investisseurs en capital-investissement et en capital-risque a permis aux entreprises de financer leur croissance sans entrer en bourse et sans avoir à assumer toutes les réglementations associées, l’examen public, l’activisme des investisseurs et les poursuites judiciaires. Les activités de fusion et d’acquisition ont également contribué à la disparition de sociétés ouvertes existantes.

Comme l’a noté ce même article du Wall Street Journal, ce qui était bon pour les investisseurs en capital-investissement et en capital-risque était mauvais pour les investisseurs de détail qui dépendent des marchés boursiers publics. Le nombre décroissant de sociétés ouvertes signifiait que les investisseurs passifs qui achetaient des marchés entiers via des fonds indiciels obtenaient moins de diversification pour leur argent.

De ce point de vue, le boom actuel des premiers appels publics à l’épargne est une bonne nouvelle. Cependant, il existe également un danger pour les petits investisseurs dans cette frénésie des introductions en bourse, comme nous en avons discuté dans un récent épisode de notre balado Sujet Capital.

Attirés par tout le battage publicitaire, de nombreux petits investisseurs sont amenés à acheter des émissions individuelles lors des appels publics à l’épargne. Outre les dangers bien connus de l’achat d’actions individuelles, ces titres ont tendance à sous-performer le marché boursier après leur premier jour sur le marché, selon les recherches de Ritter, professeur au Warrington College of Business de l’Université de Floride, connu sous le nom de « Monsieur IPO ».

Dans une interview sur le balado Rational Reminder, produit par nos collègues Benjamin Felix et Cameron Passmore de PWL, Ritter a déclaré que ces titres nouvellement introduits en bourse sous-performent le marché en moyenne sur des périodes d’un an et de trois ans, après la clôture de leur premier jour de négociation. (Il a noté que ce sont les plus petites entreprises qui ont tendance à sous-performer le marché. Les grandes entreprises, en moyenne, ne sous-performent ni ne surperforment.)

De plus, les sociétés de courtage s’assurent souvent que les grands investisseurs obtiennent des actions au prix de l’offre initiale. Les petits investisseurs doivent acheter des actions à des prix plus élevés sur le marché secondaire (bien que les plateformes en ligne permettent aux investisseurs individuels d’acheter plus facilement des actions lors des émissions). De plus, les courtiers reçoivent parfois des primes pour vendre les actions de sociétés de moindre qualité à des clients.

Il y a eu beaucoup d’enthousiasme et beaucoup de manchettes sur les introductions en bourse au cours de la dernière année. La bonne nouvelle pour les investisseurs passifs est que les introductions en bourse sont rapidement incluses dans les indices et vous pouvez donc les posséder sans prendre les risques liés à l’achat d’actions individuelles.