Janvier 2019

À la recherche d’Alpha – Pourquoi avoir un conseiller est votre meilleur pari pour la performance

Alpha – Larry Swedroe, le célèbre auteur et conseiller financier, l’a surnommé le «Saint Graal de l’investissement». La poursuite incessante d’Alpha, ces gains magiques au-delà des rendements des marchés, s’est avérée une quête périlleuse et futile pour les investisseurs, tout comme la poursuite du Graal l’a été pour plusieurs personnages des légendes arthuriennes.
Avec l’adoption plus large l’investissement indiciel – ou fondé sur les données – la pierre angulaire de la philosophie de placement de PWL, la quête d’Alpha a-t-elle encore un sens? Peut-on encore satisfaire le frisson de la chasse aux investisseurs? Ce besoin intrinsèque d’en faire davantage et d’obtenir plus de chaque dollar investi?

Vanguard, le géant qui gère maintenant plus de 5 trillions de dollars d’actifs, a reformulé le concept d’Alpha dans un document de recherche de 2015, en peaufinant la définition de plus en plus depuis. L’alpha réel, disent-ils, est celui offert par le conseiller, c’est-à-dire que les gains de performance observables résultent de la relation de confiance que l’on établit avec un conseiller qualifié. Leur analyse identifie 3 dimensions où ceux-ci peuvent apporter une valeur supplémentaire: la construction de portefeuille, la gestion de patrimoine et le coaching comportemental. Ils vont même jusqu’à quantifier la valeur réelle des conseils à «environ 3%» de rendement.

Ce nombre représente la somme de tous les avantages qu’un conseiller peut apporter, grâce à une construction de portefeuille optimale et à une gestion efficace du patrimoine à l’aide de stratégies de rééquilibrage, de retraits et de contributions et d’optimisation des impôts. La valeur de ces deux volets, bien que significative, est facilement dépassée par les avantages procurés par ce qui est au cœur de la relation réelle avec votre conseiller: le coaching qu’il vous apportera. Les comportements des investisseurs, lors des périodes difficiles, mais également lors des périodes favorables, sont responsables de manière disproportionnée du résultat global de toute stratégie d’investissement. Par exemple, le parti pris de l’action, commun à la plupart des investisseurs, nous incitera à acheter ou à vendre lorsque des fluctuations du marché se produiront, ce qui compromettra souvent nos perspectives à long terme en raison des frais de transaction et des inefficiences fiscales. Le rôle du conseiller, comme son nom l’indique, est d’offrir une perspective et d’être un lieu de rencontre de confiance lorsque de nombreux obstacles se présentent.

Garder le cap – ou pas – ne nécessite pas une foi aveugle. Au contraire, travailler avec un conseiller démontre la discipline qui est nécessaire pour analyser, corriger le parcours si nécessaire et saisir les opportunités là où elles se trouvent réellement.

Croire en «l’investissement passif» signifie uniquement utiliser les véritables leviers de la gestion de patrimoine, et non les récits de chasseurs de trésors. Se concentrer sur ce que vous pouvez réellement contrôler, dans la vie comme dans la richesse, constitue le chemin le plus clair pour atteindre la tranquillité d’esprit.

Bien que nous puissions tous apprécier une belle histoire, nos conseillers PWL veillent à ce que les vôtres contiennent les mots «…et ils vécurent heureux…».

Merci pour la confiance que vous nous accordez. Nous souhaitons à tous une bonne et heureuse année 2019.

 

Brenda Bartlett
Présidente, Chef de la direction et Membre du conseil

Anthony S. Layton
Gestionnaire de portefeuille et Président du conseil d’administration

James Parkyn
Gestionnaire de portefeuille et Vice-président du conseil d’administration

Cameron Passmore
Gestionnaire de portefeuille et Membre du conseil

 


Télécharger le document perspective

Édition – Janvier 2019