Quel est le rapport entre faire un régime et posséder une maison? Eh bien, nos difficultés à suivre un régime ou à respecter notre plan d’entraînement sont en fait révélatrices des raisons pour lesquelles nous devrions louer ou acheter notre maison.

Des études ont montré que nous avons tous une capacité limitée à résister aux tentations. Suivre un régime alimentaire fournit le meilleur exemple de cette limite. Nous avons tous une certaine réserve de volonté que nous pouvons utiliser pendant la journée, comme si nous avions une batterie pour la volonté. Plus nous utilisons cette batterie, moins nous avons de volonté.

Comme la plupart des régimes exigent que nous fassions preuve de beaucoup de volonté, il est plus difficile de s’y conformer à la fin de la journée. Ainsi, refuser de la pizza au lunch fait qu’il est plus difficile de dire non au gâteau au chocolat pour le dessert. Pire, l’utilisation excessive de notre volonté dans le cadre d’un régime strict fait diminuer la volonté qu’il nous reste pour résister à nos autres vices, comme ne pas faire ses exercices ou dépenser trop d’argent.

Comment notre batterie de volonté influence-t-elle notre décision d’acheter ou de louer?

Tout se résume en fait à notre capacité à contrôler nos dépenses. Cette question est l’une des plus débattues et, pour prendre une décision éclairée, vous devez vous intéresser à quelques notions clés. Mon collègue, Ben Felix, a effectué un travail remarquable pour présenter ces notions dans sa vidéo sur le sujet. Je vous donnerai le lien de cette vidéo si vous ne l’avez pas déjà vue.

Comme Ben l’explique dans sa vidéo (en anglais), louer une maison peut libérer un revenu supplémentaire qui peut être investi à un meilleur rendement. Mais cette théorie ne fonctionne que si vous êtes un bon épargnant.

Certaines personnes épargnent facilement et résistent naturellement à la tentation de dépenser. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Ben est par exemple quelqu’un de très discipliné, particulièrement dans ses finances personnelles, ce qui est tout à son honneur. À l’inverse, j’ai une capacité limitée à résister à la tentation.

Je pense qu’il est très important de se connaître soi-même quand on prend de grandes décisions financières. Un bon ami, qui est un bon épargnant, m’a dit : « Si tu es un bon épargnant, achète une petite maison; si tu es un mauvais épargnant, achète la plus grande maison que tu peux te permettre ». L’épargne forcée d’une hypothèque nous oblige à nous discipliner, au-delà de ce que la plupart d’entre nous seraient autrement capables de faire en dehors d’un contrat. Je n’avais jamais entendu ça auparavant et c’est resté en moi depuis. Avec les vidéos de Ben, je changerais le conseil de mon ami et je dirais plutôt : « Si tu es un bon épargnant, loue ». C’est vrai, parce que lorsque nous louons, il y a des entrées de fonds supplémentaires qui ne vont pas au remboursement du capital d’une hypothèque. Tant que nous mettons cela de côté et que nous l’investissons, le rendement est susceptible d’être plus élevé que le rendement de l’immobilier.

Et pour le reste d’entre nous qui ne sommes pas de bons épargnants?

Nombreux sont ceux qui vont sauter une ou deux cotisations mensuelles à leurs régimes de retraite lorsque l’aubaine est trop belle pour refuser un voyage. D’un autre côté, nous ferons tout pour payer notre versement hypothécaire, car les conséquences sont lourdes si nous ne le faisons pas. L’hypothèque impose une discipline que vous et moi n’aurions pas autrement, ce qui nous sera bénéfique à long terme, malgré le rendement plus faible de l’immobilier.

Que vous soyez comme Ben ou comme moi, le principe est le même : si vous êtes un bon épargnant, louez; sinon, achetez.

Nous voulons tous être des modèles de bonne conduite. Je suis père de trois enfants, et je veux leur donner le meilleur exemple. Pour ce faire, je pense que reconnaître ses forces et ses faiblesses et prendre des mesures délibérées pour les gérer est la meilleure voie vers le succès financier.

Locataire endurci? Propriétaire convaincu? Faites-moi part de vos réactions dans la section des commentaires.