Décembre a été un mois brutal pour les marchés boursiers. Ceux d’entre vous qui vivent de leur portefeuille se demandent probablement si la chute va se poursuivre. Pourtant, les marchés semblent toujours progresser… lentement, mais sûrement.

Aujourd’hui, je vais vous dire comment faire face aux baisses du marché. Je parle de questions liées aux placements toutes les deux semaines, alors abonnez-vous pour être avisés lorsque je publie de nouvelles vidéos.

Le lendemain de Noël, alors que les Canadiens prenaient d’assaut les magasins, l’indice S&P500 a progressé de 5 % en seul jour! Malgré tout, le marché américain a reculé d’environ 9 % au cours du mois. En décembre, la plupart des jours de bourse ont été marqués par des hausses ou des baisses plus importantes que d’habitude.

Il est tentant de penser qu’on peut éviter ces périodes difficiles. La question que se posent de nombreux investisseurs est la suivante : pourquoi ne pas vendre et attendre que les marchés se stabilisent?

L’idée que l’on peut vendre des titres et en racheter avant que les marchés se redressent est tout simplement fausse. C’est ce qu’on appelle la synchronisation des marchés. Des études ont montré que les investisseurs professionnels sont incapables d’évaluer le moment où ils doivent vendre et racheter des titres de manière à battre les marchés.

Ce que j’ai dit au début de cette vidéo explique en grande partie ce phénomène. Même si décembre a été un mois terrible pour les investisseurs, il y a eu un jour où le marché a augmenté de 5 %. Si vous êtes resté en marge en attendant que les choses se replacent, vous avez manqué un grand jour. Pour mettre les choses en perspective, de 1990 à la fin de 2017, si vous n’avez raté que le meilleur jour de l’indice S&P500, mais que vous avez maintenu vos investissements tous les autres jours, votre rendement annuel est passé de 9,8 % à 9,3 %. Ça représente 0,5 % de moins par année pour une seule journée manquée! Si vous retirez les cinq meilleures journées de cette période, votre performance chute à 8,2 %, soit une diminution totale de 1,6 % par année pour avoir manqué seulement cinq journées sur 27 ans d’investissement sur les marchés.

De plus, ces journées de forte hausse surviennent généralement pendant les périodes difficiles pour les marchés. Si l’on remonte à 1970, il y a eu 35 jours de bourse au cours desquels le marché américain a progressé de plus de 4 % en une seule journée. Trente et une de ces journées ont eu lieu lorsque le marché se situait en dessous de sa moyenne mobile de 200 jours. La majorité de ses journées de hausse se sont donc produites lorsque le marché était nettement en deçà de son dernier point haut1. Bon nombre de ces journées ont marqué la fin du marché baissier précédent.

Toutes ces données montrent clairement que nous ne pouvons pas battre le marché. Alors, que doit-on faire pour se protéger contre les hauts et les bas du marché? Voici trois principes d’investissement de base qui ne se démodent jamais, aussi inquiétants que les marchés puissent paraître.

  1. Si vous êtes retraité ou sur le point de l’être, vous devriez détenir au moins 3 à 5 ans de vos dépenses annuelles en obligations. En fait, vous devriez prévoir un peu plus pour vous assurer de pouvoir rééquilibrer votre portefeuille et acheter plus d’actions lorsque les marchés chutent comme ils l’ont fait récemment. Cela vous aidera à traverser les périodes difficiles en vivant de vos obligations, jusqu’à ce que les marchés se redressent.
  2. Soyez diversifié à l’échelle mondiale. Assurez-vous que votre exposition aux marchés boursiers est répartie sur des milliers d’actions dans des dizaines de pays. Lorsque le marché américain a chuté de 9 % en décembre, les marchés internationaux et émergents ont beaucoup moins baissé. La diversification internationale permet de stabiliser les rendements mensuels et annuels.
  3. Rappelez-vous que les nouvelles sont à la merci des cotes d’écoute et de la vente de publicités. Elles sont rédigées de façon à toucher nos cordes sensibles. On utilise des mots et des images incendiaires pour capter notre intérêt, ce qui nuit à notre capacité de comprendre de manière rationnelle et objective ce qui se passe vraiment.

Rappelez-vous que la baisse des marchés ne durera pas éternellement. Tant que vous avez suffisamment d’obligations pour financer votre style de vie, et que vous possédez des milliers d’actions, les choses vont s’améliorer. Pendant que les autres s’intéressent aux derniers tweets de Trump ou aux défis du Brexit, vous devriez vous concentrer sur l’efficacité de votre stratégie de portefeuille, en fonction des principes que je viens de décrire, et maintenir le cap.

Les marchés vous ont-ils déstabilisé? Vous avez des questions sur les portefeuilles? Laissez-moi des commentaires ci-dessous!

 

 

https://theirrelevantinvestor.com/2018/12/27/a-history-of-bear-market-bottoms/