Le chroniqueur du Globe and Mail, Andrew Coyne, a récemment écrit un article assez dur sur les performances médiocres et les dépenses élevées de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada.

L’OIRPC, qui gère près de 500 milliards de dollars d’actifs du Régime de pensions du Canada, a déclaré son rendement net « le plus élevé jamais enregistré » de 20,4 % pour l’exercice se terminant le 31 mars 2021. Comme le note Coyne, le rendement semble bon jusqu’à ce que vous examiniez le rapport annuel de l’Office. Là, vous découvrirez qu’un panier d’indices utilisé par l’OIRPC à titre comparatif a rapporté 30,4 % pour l’année.

En poursuivant sa stratégie de gestion active des placements, l’OIRPC a accumulé plus de 4,4 milliards de dollars en dépenses d’exploitation directes et indirectes, dont 2,7 milliards de dollars versés à des gestionnaires de fonds externes. À titre de comparaison, la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui gère 366 milliards de dollars du Régime de rentes du Québec et d’autres actifs publics, a engagé 757 millions de dollars en dépenses d’exploitation et en frais de gestion externe au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2020.

L’OIRPC compte près de 2 000 employés et neuf bureaux dans des villes du monde entier. La rémunération annuelle totale moyenne de ses cinq principaux dirigeants s’élevait à plus de 3,5 millions de dollars au cours de l’exercice 2020.

Les dépenses élevées ne sont pas nouvelles à l’OIRPC. Il y a quelques années, le directeur de la recherche de PWL, Raymond Kerzérho, s’est penché sur le rendement des huit plus grands gestionnaires de fonds de pension au Canada. En 2017-2018, l’OIRPC avait de loin le ratio de dépenses le plus élevé avec 0,97 % de l’actif, alors que la Caisse avait le plus bas avec seulement 0,22 %.

Bien sûr, l’année dernière a été tout sauf normale. Mais si l’on remonte à 2006, lorsque l’Office a abandonné une approche de placement passive pour tenter de battre les marchés avec des stratégies actives, il a ajouté des rendements excédentaires de 28,4 milliards de dollars après les coûts.

Selon les calculs de Coyne, cela représente environ 0,5 % de rendement par an en moyenne au-dessus de l’indice de référence de l’OIRPC, qui est composé d’un portefeuille passif composé de 15 % d’obligations et de 85 % d’actions.

Cependant, il est difficile de savoir quel risque a été pris pour atteindre ces rendements, car une grande partie du portefeuille de l’OIRPC est investie dans des investissements alternatifs illiquides comme le capital-investissement, l’immobilier et les infrastructures. L’indice de référence, lui-même assez risqué, est-il un bon indicateur du niveau de risque du portefeuille ?

Dans tous les cas, un demi-point de rendement annuel excédentaire par an, ce n’est pas beaucoup compte tenu du montant payé pour les salaires, les bureaux éloignés et les gestionnaires externes. C’est un thème commun dans le monde de l’investissement : lorsque des rendements excédentaires sont générés, ils servent souvent à payer les frais excessivement élevés des administrateurs et des gestionnaires de fonds, et non les clients.

Par coïncidence, l’Office a publié ses résultats quelques semaines seulement après la mort du géant de l’investissement David Swensen. En tant que directeur des investissements depuis 1985 de la fondation Yale, qui gère désormais 31 milliards de dollars américains, Swensen a développé ce qui est devenu le modèle d’investissement de Yale.

Il a obtenu des résultats remarquables grâce à son expertise en allocation d’actifs et en ajoutant des placements alternatifs peu corrélés au marché boursier. Cela a permis au fonds de dotation d’augmenter son allocation en actions tout en réduisant sa dépendance à l’égard des obligations pour l’aspect sécuritaire.

De nombreuses autres fondations (et d’autres investisseurs institutionnels) ont tenté d’imiter l’approche de Swensen à Yale, mais la plupart n’ont pas réussi à reproduire ses résultats.

Comme indiqué dans un rapport de mes collègues de PWL James Parkyn, François Doyon La Rochelle et Raymond Kerzérho, les fonds de dotation américains ont eu du mal à égaler les rendements des indices actions/obligations, malgré des équipes de gestion sophistiquées et l’accès aux meilleurs gestionnaires d’investissement, consultants et technologies que l’argent puisse acheter.

Quel est le résultat pour les investisseurs ordinaires?

Premièrement, payer des frais élevés ne conduit pas à des rendements plus élevés, même pour les investisseurs les plus avertis au monde ayant accès à des ressources illimitées.

Deuxièmement, compte tenu des données, il vaut la peine de se demander si vous devez vous lancer dans le capital-investissement illiquide, les infrastructures et d’autres investissements alternatifs lorsqu’un portefeuille indiciel à faible coût composé d’actions et d’obligations fait un meilleur travail.