Le lancement des premiers FNB du Vanguard Group, en 2001, a secoué le secteur de la gestion d’actifs, car ce gestionnaire de fonds a rassemblé plus de nouveaux actifs aux États-Unis que quiconque, que ce soit par le canal des fonds communs de placement ou celui des FNB. Cette société sans but lucratif a pu proposer des frais moins élevés que tous ses concurrents dès le jour 1, tirant parti du volume considérable de ses actifs grâce à sa structure unique de catégories de parts multiples. Certains acteurs de l’industrie se sont dits préoccupés, toutefois, par cette structure, qui pourrait finir par entraîner d’importantes distributions de gains en capital imposables. Le présent article analyse le risque potentiel de distribution de gains en capital propre aux FNB de Vanguard, en particulier du point de vue des investisseurs et contribuables canadiens. Selon notre conclusion, il est très improbable que la structure de catégories de parts multiples de Vanguard donne lieu à d’importantes distributions de gains en capital.

Ce rapport a été rédigé par Raymond Kerzérho, PWL Capital inc. Les idées, opinions et recommandations contenues dans le présent document sont celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les vues de PWL Capital inc.

Auteurs