Le scandale des émissions polluantes de Volkswagen, le prix gonflé des médicaments de Valeant et la piètre culture d’entreprise d’Uber ayant récemment fait les manchettes, les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) semblent être le nouveau sujet brûlant dans l’actualité. On dirait enfin que les sociétés sont punies pour leurs actes répréhensibles et que le public ainsi que les gouvernements commencent à agir.

Aujourd’hui, Valeant a perdu plus de 90 % de sa valeur marchande, les lois relatives aux émissions ont été modifiées à l’échelle mondiale et tous les membres du conseil d’administration d’Uber sont en voie d’être remplacés.

Mais comme le dit le vieil adage : mieux vaut prévenir que guérir. Pourquoi attend-on que des scandales et des fraudes de millions de dollars fassent la une des journaux avant d’intervenir face aux comportements contraires à l’éthique?
C’est exactement ce que la nouvelle tendance d’investissement ESG vise à accomplir, grâce à l’évaluation des décisions de placement en fonction de la position des sociétés à l’égard des facteurs ESG.

Avec une croissance exponentielle et maintenant plus de 1,5 billion de dollars en actifs ESG, le Canada est un chef de file mondial en la matière. Ses plus gros investisseurs institutionnels, notamment la CDPQ, le HOOPP et AIMCo1, sont en train de créer une initiative mondiale qui vise à intensifier les efforts déployés aux quatre coins du globe concernant les changements climatiques, les infrastructures et l’égalité entre les hommes et les femmes. Le groupe de caisses de retraite, auquel se sont joints la société allemande Allianz SE, le groupe Aviva, établi à Londres, et le régime de retraite des fonctionnaires de la Californie (California Public Employees’ Retirement System), gère collectivement plus de 6 billions de dollars pour s’attaquer à ces problèmes.

Dans le présent article, nous tenterons de mieux définir l’investissement ESG, ainsi que d’expliquer comment ces grandes caisses de retraite recueillent de l’information sur les classifications ESG et s’en servent. Nous traiterons des répercussions de l’intégration ESG sur les paramètres de performance des portefeuilles classiques, comme le risque et le rendement. Finalement, nous proposons un portefeuille ESG construit à l’aide de FNB à frais modiques.

 

Ce rapport a été rédigé par Marc Brodeur-Béliveau et Raymond Kerzérho, PWL Capital inc. Les idées, opinions et recommandations contenues dans le présent document sont celles de l’auteurs et ne représentent pas nécessairement les vues de PWL Capital inc.

 

Auteurs