Service de recherche

23 avril 2014

Comment investir dans les FNB?

Cette semaine, BMO a annoncé qu’elle emboîte le pas à Blackrock et réduit les honoraires de gestion de certains de ses principaux FNB au ras des pâquerettes. Lors de l’annonce faite par Blackrock, nous avons insisté sur le fait qu’au-delà du contrôle des coûts, investir avec les FNB comporte d’autres avantages tout aussi importants. Aujourd’hui, j’aimerais partager les facteurs dont PWL se soucie lorsqu’elle choisis des FNB ou d’autres véhicules de placement pour construire des portefeuilles.

  1. Architecture de portefeuille
    Un véhicule de placement adéquat doit capturer les primes de risque du marché sans pour autant vous faire subir de risques injustifiés. L’architecture de portefeuille répond aux questions suivantes :
    • Le FNB est-il correctement diversifié? La faillite d’un ou quelques émetteurs peut-elle affecter votre fortune de façon significative?
    • Votre portefeuille inclut-il des actions de grande, moyenne et petite capitalisations?
    • Le FNB est-il couvert contre le risque de devises?
    • Le FNB détient-il des produits dérivés?
  2. Fiscalité
    Certains FNB et fonds communs sont structurés de sorte à minimiser les impôts tandis que d’autres ne le sont pas. Par exemple, certains FNB canadiens détiennent des FNB américains plutôt que les actions sous-jacentes à l’indice et peuvent coûter des impôts supplémentaires aux investisseurs, même lorsque détenus dans un REER.
  3. Votre plan de match
    Votre stratégie de placement est un autre facteur extrêmement important dans le choix des FNB pour votre portefeuille. Quelle est votre stratégie obligataire? Quelles échéances et quelle qualité d’émetteur recherchez-vous? Quel genre de portefeuille d’actions souhaitez-vous? Mondial ou canadien? Avez-vous une préférence pour les actions de petite capitalisation, de style valeur ou encore à dividende élevé? Désirez-vous ajouter des classes d’actif dites «alternatives», telles que les fonds de placement immobilier ou les obligations à rendement élevé? Et encore, quelles sont les pondérations adéquates pour chacune de ces classes d’actif?

Le mot de la fin

En définitive, c’est très bien de bénéficier de FNB à faibles honoraires, mais cela ne constitue toutefois qu’un seul parmi plusieurs facteurs déterminant la sélection des FNB pour votre portefeuille. À mon avis, l’architecture de portefeuille, la fiscalité ainsi que votre plan de match jouent un rôle tout aussi crucial pour votre succès financier. 

Par : Raymond Kerzérho | 0 commentaires
7 avril 2014

Transactions à haute fréquence: pas une menace pour les clients de PWL

La semaine dernière, la CBC a publié un article inquiétant au sujet des transactions à haute fréquence (THF). L’article suggère que les THF causent de sérieux dommages aux investisseurs. J’aimerais discuter brièvement de cette situation. 

Que sont les THF?

Largement définies, les THF sont l’usage d’un avantage technologique pour exécuter les transactions à meilleur prix. Le type particulier de THF qui est souvent décrié est le front running. Un peu d’histoire nous éclairera.

Dans le bon vieux temps, lorsqu’un investisseur voulait acheter ou vendre une action canadienne, il envoyait son ordre à la Bourse de Toronto (maintenant appelée TSX), l’ordre était ensuite exécuté et l’histoire s’arrêtait ici. Mais aujourd’hui, les marché financiers mondiaux ont été dérèglementés, ce qui a permis l’émergence d’une légion de Bourses électroniques alternatives qui font concurrence au TSX. Par conséquent, notre même investisseur qui veut acheter un bloc d’actions magasinera entre plusieurs Bourses pour obtenir le meilleur prix. Les front runners utilisent des ordinateurs et des systèmes de télécommunication ultra-rapides pour obtenir des informations à propos des ordres et pour éxécuter ces ordres au-devant des investisseurs dans l’espoir de leur revendre les mêmes titres à un prix supérieur.

Un front runner effectue des milliers d’opérations de ce genre à chaque mois, réalisant de petits profits à chaque fois. Si tout se passe bien, la somme de ces petits profits constituera un grand profit à la fin du mois. Ce grand nombre de petits profits est extrait des poches d’investisseurs à leur insu.  

Le marché est truqué, vraiment?

L’article de la CBC affirme que le marché est truqué. Cette affirmation provient en fait de Michael Lewis, un auteur à succès qui a fait fortune en écrivant la chronique de Wall Street. Soyons clair : il est dans l’intérêt de Michael Lewis de créer de bonnes histoires pour vendre beaucoup de livres. Selon mon expérience, ce qu’il écrit contient beaucoup de vérité, mais aussi un certain élément de drame, ce qui explique l’éclatant succès de ses livres.

Le front running est un mal. Le simple fait que certains arbitrageurs puissent réaliser un profit grâce à des informations à propos de transactions en cours d’exécution est inapproprié et soulève des questions légitimes sur l’intégrité des marchés. Mais il est toutefois important de placer ces profits en perspective. Dans l’ensemble, je n’ai pas encore été témoin de preuves que ces  opérations causaient suffisamment de dommage aux investisseurs pour affecter leurs rendements de façon importante.

Il faut aussi comprendre comment ces profits sont réalisés. Les traders à haute fréquence font habituellement de tout petits profits sur de très nombreuses transactions. Les investisseurs lésés sont ceux : a) qui transigent très activement et donc, encourent des petites pertes en grand nombre et b) qui ne portent pas suffisamment d’attention aux frais de transaction et n’adaptent pas leurs stratégies afin de repousser les attaques des front runners

Les clients de PWL sont-ils menacés par les THF?

La réponse courte est non. La méthode PWL est l’investissement fondé sur le marché (plutôt que sur les prédictions). PWL cherche à capturer les primes de risque offertes par le marché plutôt que de deviner quel sera le prochain titre ou secteur gagnant. Les FNB et les fonds DFA, qui constituent la majeure partie des portefeuilles de nos clients, maintiennent des portefeuilles dont les titres changent peu au fil du temps. Puisque les gestionnaires de portefeuille effectuent peu de transactions, le risque relié aux transactions à haute fréquence est essentiellement éliminé. De plus, les firmes de gestion de fonds et de FNB que PWL engage sont soucieuses d’avoir en place les meilleures technologies et méthodes d’opération pour fermer le porte aux arbitrageurs qui voudraient faire de l’argent aux dépens de nos clients. 

Pour plus d’information à propos des transactions à haute fréquence, je vous invite à lire le blogue de mon confrère Jared Kizer, qui est le directeur de la stratégie de placement chez  Buckingham Asset Management aux États-Unis.

Par : Raymond Kerzérho | 0 commentaires