Service de recherche

Les conseils en placement explicités : la suite

23 novembre 2016 - 0 commentaires

Évaluer les conseils en placement constitue une étape difficile mais nécessaire sur le chemin de votre succès financier. Ce quatrième billet clôt notre discussion sur les services de placement dont les avantages sont difficiles à quantifier.

Vérifier le rendement de votre portefeuille une fois par an

Cela peut surprendre, mais un grand nombre d’investisseurs ne vérifient pas le rendement de leur portefeuille régulièrement. Ce n’est pas le cas des conseillers financiers compétents, qui effectuent cet exercice. Comme les rendements peuvent être calculés de plusieurs façons, la première étape de ce service consiste à déterminer la méthode de calcul appropriée. La deuxième étape est, bien sûr, celle du calcul du rendement. En troisième lieu, ce rendement doit être comparé à un indice de référence afin de déterminer s’il est ou non satisfaisant. L’indice de référence est traditionnellement l’indice composé qui reflète la répartition de l’actif du portefeuille. Grâce à cet indice, il est possible de savoir si votre portefeuille suit le marché. Par exemple, si la répartition de l’actif d’un portefeuille est 50 % actions canadiennes/50 % obligations canadiennes, l’indice de référence sera alors constitué à 50 % de l’indice composé S&P/TSX et à 50 % de l’indice obligataire FTSE TMX. Une autre façon d’évaluer votre rendement est de mesurer si vous atteignez votre objectif financier. Par exemple, si votre but est d’avoir un actif de 850 000 $ d’ici 2024 et, qu’en 2016, vous êtes passé de 550 000 $ à 625 000 $, c’est que vous avez eu une bonne année.  

Intégrer la gestion de portefeuille à la planification financière et fiscale

Aucun conseiller, même le plus avisé, ne peut contrôler le rendement à court terme de votre portefeuille, qui dépend totalement des aléas du marché. Mais quelle que soit la conjoncture, la planification financière vous aide à fixer des objectifs qui sont plus importants pour votre bien-être que le strict suivi du rendement du marché. Intégrer la planification financière et la gestion de portefeuille contribue à établir les bons objectifs pour vous et à mieux évaluer le rendement de votre portefeuille. En outre, lorsque la planification et la gestion de portefeuille sont effectuées sous un même toit, on découvre souvent des crédits d’impôt additionnels et d’autres possibilités d’économies.

Tirer parti des pertes fiscales

Un investisseur réalise parfois des gains en capital dans des comptes imposables. Après une correction du marché, des titres sont souvent vendus à perte pour que l’investisseur puisse récupérer les impôts sur les gains en capital payés et cumulés au cours des trois années d’imposition précédentes ou pour utiliser ces pertes afin de réduire de futurs gains en capital imposables. Un conseiller en placement compétent aura le réflexe de réviser votre portefeuille après un repli des marchés et réalisera les pertes si cela vous permet de récupérer de l’argent auprès du gouvernement. Par la suite, le conseiller remplacera le titre vendu par un autre (la législation fiscale ne vous permet pas de racheter le même titre immédiatement) qui fournit une exposition similaire au marché. 

Positionner les actifs

Le positionnement d’actifs consiste à trouver le compte le plus avantageux fiscalement pour chaque placement du portefeuille. Différents types de revenus de placement sont imposés différemment. Les intérêts des obligations et les dividendes des actions étrangères sont imposés au taux d’imposition ordinaire des particuliers, alors que les dividendes des sociétés canadiennes et les gains en capital bénéficient d’un traitement fiscal préférentiel sous la forme du crédit d’impôt pour dividendes canadien et du taux d’inclusion (actuellement de 50 %) des gains en capital. Le service de positionnement d’actifs consistent ainsi à « placer » les catégories d’actifs qui ne donnent pas lieu à un traitement fiscal préférentiel dans des comptes bénéficiant d’un report d’impôt (comme votre REER) et à mettre celles qui bénéficient d’un traitement fiscal préférentiel dans un compte imposable (comme votre compte en dollars canadiens). Bref, vous pouvez obtenir un rendement après impôt supérieur en positionnant les bons investissements dans les bons comptes.

Définir et mettre en œuvre une stratégie de retrait pour les retraités

Souvent, l’une des préoccupations des retraités est d’obtenir un revenu durable pour la vie. Une bonne stratégie de retrait les aidera à tirer le meilleur parti de leur portefeuille sans épuiser leur actif avant leur décès . De plus, elle permettra de minimiser l’impôt à payer en prévoyant les retraits des bons montants entre les comptes imposables et les comptes enregistrés.

Conclusion

Les deux derniers billets ont exposé neuf services dont les avantages sont difficiles à quantifier. Dans le prochain billet, nous discuterons des services dont la valeur peut être estimée.

Autres billets publiés dans la même série :

Comprendre la valeur d’un conseiller en placement 
Le bon conseiller : chercher une aiguille dans une botte de foin
Les conseils en placement explicités

Par : Raymond Kerzérho avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.