Service de recherche

Les conseils en placement explicités

15 novembre 2016 - 0 commentaires

Évaluer les conseils en placement constitue une étape difficile mais nécessaire sur le chemin de votre succès financier. Dans ce troisième billet de notre série sur la valeur des conseils en placement, ainsi que dans le prochain, nous décrirons certains des services offerts par les conseillers en placement compétents, et plus particulièrement les services qui procurent des avantages difficiles à quantifier.

Évaluer votre tolérance au risque

Les questionnaires d’évaluation de la tolérance au risque, qui recommandent une répartition actions/obligations en fonction d’un barème, sont nombreux sur le Web. Cependant, avant de recommander une répartition de l’actif, un professionnel du placement s’entretiendra généralement avec ses clients pour mieux comprendre leur personnalité.

Évaluer votre situation personnelle, familiale et professionnelle

Le processus de gestion de portefeuille doit être centré sur vous et vos besoins. Le seul moyen d’établir et de maintenir un bon portefeuille au fil du temps est de faire en sorte qu’il reflète votre personnalité, votre situation familiale ainsi que votre situation en affaires. Un mariage, un divorce, une naissance, un changement à votre état de santé ou l’achat ou la vente d’une entreprise sont autant d’exemples de changements personnels qui auront une influence sur votre portefeuille.

Préparer une politique de placement

Une fois que votre profil d’investisseur (tolérance au risque, situation personnelle, professionnelle et familiale) est établi, vous devez mettre par écrit votre stratégie de placement. Cette politique de placement servira de guide pour les décisions concernant votre portefeuille, surtout en périodes de tension des marchés. Également, cette politique lie le gestionnaire de votre portefeuille à votre stratégie, pour que vous n’ayez pas à vous inquiéter d’un changement d’orientation décidé sans votre consentement.

Dans une politique de placement, on retrouve généralement :

a) un objectif de rendement et des contraintes de risque;
b) un horizon temporel;
c) une répartition de l’actif;
d) des exigences de liquidité;
e) des considérations fiscales et juridiques;
f) des contraintes ou des exigences spéciales (par exemple, éviter les sociétés cigarettières).

Concevoir votre portefeuille

Investir, c’est être rémunéré pour prendre un risque de placement, sans toutefois mettre son patrimoine en danger. En d’autres termes, s’il faut prendre des risques pour générer des rendements, il est capital de bâtir un portefeuille qui vous évitera de perdre définitivement une grande partie de votre actif. Un tel portefeuille intègre la diversification à quatre niveaux différents :

a) Catégories d’actifs : actions et obligations
b) Régions : Canada, États-Unis et marchés internationaux
c) Secteurs : services financiers, biens de consommation, technologie, etc.
d) Titres : Le portefeuille doit contenir autant de titres différents que possible.

Au-delà de la diversification, il faut savoir que certains titres ont tendance à produire de meilleurs rendements que d’autres. Votre stratégie de placement permettra ainsi d’accroître les rendements attendus si elle privilégie ces titres. Par exemple :

a) les obligations de sociétés font souvent mieux que les obligations d’État;
b) les actions de petites sociétés font généralement mieux que celles des grandes;
c) les actions de valeur font généralement mieux que les actions de croissance.

Conclusion

Ce billet a exposé quatre services dont les avantages sont bien réels, mais difficiles à quantifier. Dans le prochain billet, nous conclurons la discussion en nous attardant à quelques autres de ces services auxquels il est difficile d’attribuer une valeur précise, même s’ils sont essentiels à la création d’un bon portefeuille.

Autres billets publiés dans la même série :

Par : Raymond Kerzérho avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.