Service de recherche

22 mars 2018

25e anniversaire du Spider, le plus grand FNB au monde

Le premier FNB aux États-Unis, le « Spider Standard & Poor’s 500 » est né il y a 25 ans, en 1993. Aujourd’hui ce FNB est de loin le titre boursier le plus négocié au monde et son actif atteint les 300$ milliards US, soit davantage que l’actif géré par la Caisse de Dépôt et Placement du Québec. 

Quelle est l’origine du Spider? Pourquoi a-t-on inventé ce véhicule de placement? Et comment le Spider a-t-il transformé l’univers des investisseurs?

Alors que les FNB indiciels sont fréquemment critiqués, il faut de noter que le premier d’entre eux a été créé précisément dans le but de réduire les risques de krach boursiers. En effet, le Spider a été lancé suite une suggestion la commission américaine des valeurs mobilières, qui croyait qu’un tel titre permettrait de mieux équilibrer l’offre et la demande d’actions en Bourse. En fait, si le « Spider » n’a pas pu empêcher les tourmentes boursières de se manifester à l’occasion, il a toutefois traversé toutes les crises du dernier quart de siècle avec un aplomb remarquable.   

Raymond Kerzérho, James Parkyn et François Doyon La Rochelle discutent des origines du « Spider Standard & Poor’s 500 » et de son impact retentissant, qui secoue encore à ce jour le monde du placement.

Par : Raymond Kerzérho | 0 commentaires
8 mars 2018

Balado: La psychologie financière - 2e partie

La psychologie financière fascine de plus en plus de gens et fait l’objet de plusieurs best-sellers. En théorie, nous devrions tous gérer nos placements de façon parfaitement éclairée et logique. Mais est-ce bien le cas? Selon plusieurs chercheurs, la façon dont certains produits financiers sont présentés peut nous inciter en y investir, même si en fin de compte ils ne nous conviennent pas. Les sociétés financières sont généralement beaucoup mieux informées que leurs clients à propos des véhicules de placement qu’elles proposent. En plus, ces entreprises bénéficient d’une expertise considérable par rapport au comportement du consommateur, à l’ère de la recherche sur les bases de données de masse. Bref, les clients sont le plus souvent désavantagés lorsque vient le temps de négocier avec les sociétés de placement. Comment dons égaliser les chances? 

Mon collègue Peter Guay a lu pour nous quatre livres majeurs sur la psychologie financière. Dans cette dernière de deux entrevues, il discute de deux ouvrages qui révèlent les trucs que les marchands de produits de placements utilisent parfois pour augmenter leurs profits… à vos frais bien sûr. Peter vous propose aussi quelques pistes de solution pour pouvoir négocier d’égal à égal dans votre recherche de solutions pour vos placements.   

Par : Raymond Kerzérho | 0 commentaires