Service de recherche

Obligations: titres individuels ou FNB?

22 avril 2016 - 0 commentaires

Certains investisseurs ont l’impression qu’il est moins risqué d’investir dans des obligations individuelles que dans un FNB d’obligations. Outre les avantages que constituent la diversification et l’efficacité de gestion des FNB, il existe une différence importante entre ces deux stratégies : en effet, contrairement aux obligations individuelles qui peuvent être détenues jusqu’à l’échéance, les FNB indiciels revendent et remplacent systématiquement les titres en portefeuille dès que ceux-ci atteignent une échéance de moins d’un an, car les obligations changent alors de catégorie, passant des « titres à revenu fixe » à la catégorie « encaisse et équivalents ». Les investisseurs croient donc que les titres individuels sont moins volatils : après tout, le rendement réalisé d’une obligation se rapprochera nécessairement à l’échéance du rendement prévu à l’achat, peu importe les fluctuations de taux d’intérêt survenues entretemps. Mais qu’en est-il vraiment? Ce sentiment de sécurité accrue est-il justifié?

Un exemple chiffré

Pour déterminer si un FNB affichera un rendement différent de celui d’un groupe d’obligations détenues individuellement, nous avons compilé les rendements du FNB BMO Short Federal Bond (symbole ZFS) à un portefeuille de cinq obligations du gouvernement du Canada arrivant à échéance d’ici un à cinq ans , la différence primordiale entre les deux portefeuilles étant que le second conserve ses titres jusqu’à l’échéance. Les rendements de la période de 2011 à 2015 sont présentés ci-dessous.

Tableau 1 : FNB BMO Short Federal Bond et obligations individuelles, rendements 2011-2015

  FNB Obligations Différence Corrélation
2011 4,39 % 4,00 % 0,39 %  
2012 0,85 % 0,84 % 0,01 %  
2013 1,10 % 0,92 % 0,18 %  
2014 2,36 % 2,65 % -0,29 %  
2015 2,23 % 2,66 % -0,43 %  
         
2011-2015 2,18 % 2,21 % -0,03 % 0,97

Source : PWL Capital, Bloomberg

Il y a des différences dans les rendements de toutes les années, se situant entre 0,39 % de plus pour le FNB et 0,43 % de plus pour les obligations individuelles. Ces différences sont substantielles, mais pas énormes. Elles ne sont pas surprenantes non plus, vu que les deux portefeuilles sont très semblables, mais pas identiques. Sur cinq ans, ces différences s’annulent, les obligations individuelles dégageant un rendement annualisé supérieur de seulement 0,03 %. Qui plus est, les rendements des deux stratégies sont corrélés quasi parfaitement (corrélation de 0,97 comparativement à 1,00 pour une corrélation parfaite).

Pourquoi des rendements aussi similaires?

Le tableau 1 offre un exemple fondé sur des données historiques démontrant que le fait de conserver les obligations jusqu’à l’échéance ne change pas fondamentalement les rendements. Une analyse couvrant une période différente, des échéances différentes ou encore des types d’émetteurs différents produirait des résultats similaires, à condition que le FNB et le portefeuille d’obligations possèdent des caractéristiques semblables.

Certains investisseurs sont préoccupés par les pertes en capital découlant parfois du fait que la plupart des FNB ne conservent jamais les obligations jusqu’à l’échéance, d’où un fardeau additionnel pour ces fonds. Lorsqu’un FNB subit une perte lors de la revente d’un titre, toutefois, cette perte découle de la hausse des taux d’intérêt. Cette hausse permet au FNB de réinvestir plus tôt à un taux plus avantageux que celui du portefeuille d’obligations. Il est à noter aussi que les pertes découlant des hausses de taux sont proportionnelles à l’échéance de l’obligation. Comme les FNB liquident seulement des obligations à très court terme, c’est-à-dire moins d’un an avant l’échéance, les pertes subies à l’occasion sont minimes.

Le mot de la fin

Un portefeuille d’obligations, qu’il soit constitué en FNB ou en groupe de titres individuels, offrira la même performance si le type d’émetteurs et l’échéance moyenne sont les mêmes. Le fait de conserver les obligations jusqu’à l’échéance n’a aucune incidence sur les rendements à long terme. Il reste toutefois qu’en choisissant les FNB, on se trouve à bénéficier d’une diversification et d’une efficacité de gestion supérieures, moyennant un niveau de risque généralement moins élevé.

---------------------------------------------------
1 Méthodologie : Portefeuille équipondéré de cinq obligations du gouvernement du Canada dont les échéances s’échelonnent de un à cinq ans. Lorsqu’une obligation arrive à échéance, elle est remplacée par une nouvelle obligation de cinq ans. Contrairement au FNB BMO Short Federal Bond (ZFS), le portefeuille d’obligations n’entraîne pas de frais de gestion. Le ratio des frais de gestion du fonds ZFS est actuellement de 0,23 %. Autre différence, le FNB investit une partie de ses actifs dans les titres d’organismes du gouvernement fédéral (tels que la Fiducie du Canada  pour l’habitation), qui offrent des taux légèrement supérieurs.

Par : Raymond Kerzérho avec 0 commentaires.
Tags : FNB, Obligations
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.