La minutedes placements

Moins d'information, plus de clarté

10 mai 2013

 Les voyageurs, lorsqu’ils explorent les rues d’une ville pour la première fois, doivent composer avec de l’incertitude. Trouver son chemin jusqu’à un point d’intérêt, choisir un restaurant ou encore communiquer avec les habitants peut exiger de la concentration. Une partie de ce processus consiste à filtrer les informations qui nous distraient des choses vraiment utiles. Gérer ses placements avec succès est un peu similaire : l’information que l’on ignore est aussi importante que celle à laquelle nous portons attention. Voici notre courte liste des informations qu’il vaut mieux ignorer :

  1. Les nouvelles politiques et économiques
    C’est très bien de s’informer, mais les nouvelles peuvent induire les investisseurs en erreur. Par exemple, la crise financière de 2008 et plus récemment la crise européenne ont soulevé de vives inquiétudes et poussé plusieurs investisseurs à délaisser les actions, ce qui fut une erreur. Car aussi défavorable que puisse paraître la conjoncture, il faut garder en tête que les périodes difficiles sont habituellement suivies par des rendements boursiers positifs.
  2. « Qu’est-ce que le marché a fait aujourd’hui? Ce mois-ci? Pourquoi? »
    Chaque jour, un expert vous explique à la télévision pourquoi la bourse a monté ou baissé. Il semble sûr de ses analyses, mais en réalité, personne ne sait vraiment pourquoi le marché a monté ou baissé. Les fluctuations des valeurs boursières résultent du jugement collectif de millions d’investisseurs, et nul ne peut lire dans leur esprit. Expliquer les mouvements du marché a posteriori est de la pure spéculation.
  3. Les previsions des experts
    Chaque année, les associations d’analystes financiers tiennent un « dîner des prévisions », où un panel d’analystes de premier ordre discute de ses pronostics. Le dîner commence habituellement par une revue des prévisions de l’année précédente, ce qui fait inévitablement rigoler l’audience puisqu’un grand nombre d’entre elles ne se sont pas matérialisées. Si les prévisions présentées devant des centaines d’analystes chevronnés sont généralement inexactes, que penser de celles qu’on retrouve dans les journaux?
  4. Prix d’excellence de type « gestionnaire de l’année »
    Les prix d’excellence des fonds communs sont habituellement basés sur les rendements passés. Or, toutes les études indiquent que les rendements passés ne prédisent aucunement les rendements futurs. C’est le hasard qui est responsable de la plupart des (rares) succès remportés par les gestionnaires actifs.

Les manchettes, les tentatives de rationalisation des hauts et des bas du marché, les prévisions des experts et les prix d’excellence, au mieux, vous distraient de ce qui est vraiment utile à votre portefeuille. Ces informations ne vous enrichiront pas. Par contre, une répartition d’actif qui vous convienne, une solide diversification et une saine collaboration avec un gestionnaire de portefeuille au service de vos intérêts feront une immense différence sur vos succès d’investisseur.
 

Raymond Kerzérho

Président, comité de l’investissement et
Directeur de la recherche
PWL Capital Inc.