La minutedes placements

Les prix des actions et leur rendement espéré fluctuent inversement

9 août 2013

À titre d’analyste principal chez PWL, je suis devenu au fil des années obsédé par les rendements espérés. Après tout, les clients comptent sur nous pour les aider à obtenir des rendements positifs. Le rendement espéré d’un certificat de placement garanti de cinq ans portant intérêt au taux annuel de 2,5 % est assez évident. Par contraste, le rendement espéré du marché des actions est difficile à évaluer. Toutefois, la notion selon laquelle les prix et les rendements espérés des actions fluctuent de façon opposée est encore plus difficile à saisir. Pour mieux comprendre cette relation, imaginons une loterie à laquelle participent John, Paul, George et Ringo.

Chaque participant achète un billet de loterie identique en tout point (sauf bien sûr pour ce qui est du numéro) et offrant les mêmes résultats possibles :

Le paiement espéré de cette loterie se calcule comme suit :

Imaginons maintenant que John « le futé » ait payé son billet 5 $. Son rendement espéré sera donc le suivant :

Les prix payés par tous les participants à la loterie et les rendements espérés qui en découlent figurent ci-dessous :

Ce tableau est très instructif. John et Paul bénéficient tous les deux de rendements espérés très élevés de 200 % et 50 %, respectivement. Toutefois, la probabilité de perdre de l’argent est de 50 %, auquel cas ils pourraient devoir débourser 70 $ en plus du prix payé pour leur billet. Ne vous inquiétez pas, ils peuvent se le permettre.

Leçon 1 : Même un placement comportant un rendement espéré élevé peut générer un rendement faible ou négatif

Supposons que John perde la loterie, son rendement réalisé serait le suivant :

Leçon 2 : Ne pas confondre potentiel à la hausse et rendement espéré

Selon notre analyse, le pauvre Ringo a payé son billet trop cher (lui aussi peut se le permettre). Son rendement espéré est de -25 %. Malgré tout, il conserve un potentiel haussier s’il gagne la loterie. En pareilles circonstances, son rendement réalisé serait le suivant :

Leçon 3 : Les prix et les rendements espérés des actions fluctuent inversement

Comme le démontre le tableau des rendements espérés plus haut, plus on paie cher le billet de loterie, moindre est le rendement espéré, et vice versa. La bourse fonctionne de la même manière. Quand vous investissez dans les actions, votre rentabilité dépend des bénéfices par action futurs. Plus vous payez cher pour ces derniers, moindre est votre rendement espéré.

Leçon 4 : Ne pas confondre résultats et habiletés de placement

Bien que Ringo ait réalisé un bien meilleur rendement que John, il ne devrait pas s’en vanter. Ce rendement découle du hasard et non de ses habiletés. Au contraire, malgré les apparences, John est un investisseur bien plus avisé que Ringo, puisqu’il a investi à un rendement espéré à priori plus élevé que ce dernier. Nous espérons que nos lecteurs s’en souviendront la prochaine fois que leur beau-frère vantera ses brillants choix d’actions.

Le mot de la fin

L’exemple numérique ci-dessus démontre que lorsque la bourse monte, les rendements espérés diminuent. Et pourtant! La nature humaine nous pousse à augmenter nos pondérations en actions après des hausses soutenues! Un conseiller ou un gestionnaire de placement peut apporter beaucoup en aidant l’investisseur à s’en tenir à sa stratégie lors des mouvements de hausse ou de baisse durables. 

Raymond Kerzérho

Président, comité de l’investissement et
Directeur de la recherche
PWL Capital Inc.