La conformité

Trucs et pièges à éviter pour se prémunir contre le vol d’identité - Troisième partie : Ne cliquez pas n’importe où

1 mai 2017 - 0 commentaires

Dans notre dernier billet, nous avons parlé de certaines stratégies offensives qui permettent de prévenir le vol d’identité, essentiellement le verrouillage de vos appareils électroniques avec des mots de passe difficiles à percer. Mais même si vous compliquez la tâche des criminels qui veulent pénétrer dans votre vie, ces derniers ne sont jamais à court d’idées. C’est pour cela que vous avez aussi besoin d’une solide stratégie défensive. La chose à retenir ici est qu’il ne faut surtout pas cliquer n’importe où.

Ce courriel pourrait-il être un « hameçon »?

Vous êtes inondé de faux courriels dont l’objectif est de vous amener à remplir des formulaires, à cliquer sur des hyperliens, à ouvrir des pièces jointes ou à obtenir une réponse de votre part? On appelle ça de l’hameçonnage et, si vous mordez à l’appât, vous risquez de compromettre vos renseignements personnels ou vos appareils électroniques. Si un courriel non sollicité ressemble à un hameçon, ne cliquez pas, n’ouvrez rien et ne répondez pas. Identifiez-le comme « pourriel » et supprimez-le sur-le-champ.

http://gph.is/29aod15

Maîtrisez-vous l’art de faire glisser votre souris?

Certains courriels hameçons sont clairement suspects, mais d’autres imitent assez bien des entités réelles, comme votre banque, et reproduisent fidèlement leur logo par exemple. Comment s’en rendre compte? Inspectez l’adresse de l’expéditeur, non pas celle que vous voyez apparaître, mais la vraie adresse qui se trouve derrière. Cette dernière peut ressembler à l’adresse légitime, mais différer de quelques caractères (info@TDCanadaaTrust.com, par exemple). Vous pouvez aussi faire glisser votre souris sur les hyperliens (sans cliquer dessus) ou faire l’équivalent sur votre écran tactile. Si le lien a l’air bizarre, méfiez-vous! Encore une fois, au moindre doute, supprimez le courriel. Ou suivez notre prochain conseil!

 http://gph.is/29iN5Dw

Est-ce que je parle à la bonne personne?

La plupart des entreprises légitimes comme les institutions financières n’envoient plus de courriels aléatoires pour inviter leurs clients à faire ceci ou cela. Même si vous pensez que le courriel pourrait être vrai, n’ouvrez pas les pièces jointes et ne cliquez pas sur les liens. Il vaut mieux fermer le courriel, ouvrir votre navigateur Web et aller sur le site de l’entreprise pour y trouver ce que vous cherchez. Encore mieux : appelez l’entité pour vous renseigner. Les entreprises qui ont bonne réputation sont ravies d’aider à prévenir le vol d’identité.

*Le vol d’identité touche des millions de personnes chaque année. Pour éviter que cela vous arrive à vous aussi, suivez notre liste de conseils préventifs, ici.

http://gph.is/2oJGoSG

Avez-vous installé un antivirus?

Si vous mordez à un hameçon (en cliquant sur un faux lien ou en ouvrant une fausse pièce jointe), vous pourriez du même coup télécharger, à votre insu, un logiciel malveillant (ou « maliciel ») sur votre appareil. Les maliciels peuvent causer toutes sortes de problèmes : mauvaises farces, vol d’identité, destruction totale, etc. Ils peuvent attaquer immédiatement ou, parfois, attendre des semaines ou des mois. Pour vous protéger contre les logiciels malveillants, tirez parti des pare-feu de votre fournisseur de messagerie. Pensez aussi à installer des logiciels antivirus/antimaliciels sur tous vos appareils et n’oubliez pas de les METTRE À JOUR.

http://gph.is/2mLsJJz

Surfez-vous avec prudence?

Les logiciels malveillants ne sont pas transmis uniquement par courriel. Les liens de site Web peuvent être infectés également. Moins un site est fréquenté, plus vous devez faire attention. Les grands moteurs de recherche comme Google ou Bing notent généralement les sites, comme le font plusieurs modules d’extension pour navigateurs des logiciels antivirus. Lorsque vous faites des recherches sur la toile, soyez attentif aux avertissements qui indiquent qu’un site n’est peut-être pas légitime.

http://gph.is/1SCaGTB

Votre sans-fil est-il à risque?

D’où naviguez-vous sur le Web et d’où consultez-vous vos courriels? Si vous le faites à la maison ou au bureau, il est probable que votre connexion sans-fil soit relativement sûre. Mais si vous utilisez un réseau public (dans un aéroport ou un café par exemple), soyez plus vigilant, car ces points d’accès sont moins sécurisés. Évitez d’utiliser un réseau public pour effectuer des transactions que vous ne voudriez pas faire en public. Le jeu n’en vaut tout simplement pas la chandelle.

http://gph.is/22Yqcuf

Appliquez-vous la nétiquette à votre téléphone?

Dernière chose, et non des moindres : votre téléphone. Vous savez… la fonction de votre appareil qui sert effectivement à téléphoner ou à recevoir et envoyer des messages textes. Les fraudeurs s’en servent pour se livrer à une variation de l’hameçonnage. Il est donc préférable d’ignorer les textos ou les appels qui proviennent de numéros que vous ne connaissez pas, particulièrement les numéros 1-900 (qui peuvent d’ailleurs donner lieu à des frais surprises sur votre facture). « Ne parlez pas aux inconnus » demeure une sage précaution dans notre monde de plus en plus mobile.  

 http://gph.is/2oP2RxE

Par : Jennifer Vachon avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.