La conformité

Quel est le rôle d’un chef de la conformité… et en quoi cela vous concerne-t-il?

12 juin 2017 - 0 commentaires

En tant que chef de la conformité de PWL Capital, je publie depuis un certain temps des billets d’information. Récemment, quelque chose m’a frappée : je n’ai jamais parlé du rôle de chef de la conformité, ou plus précisément, des raisons pour lesquelles vous pourriez vous demander si je fais bien mon travail.

Pour vous mettre dans le contexte, mon rôle ressemble à celui d’une sauveteuse en chef sur une plage très fréquentée :

Personne ne se soucie de nous, jusqu’à ce que…

Avez-vous vu l’adaptation cinématographique, sortie cet été, de l’émission télévisée Baywatch des années 90? Nous savons tous qu’il y a, d’une part, l’image hollywoodienne fictive de la sauveteuse, attirante et héroïque, et d’autre part, la réalité du métier, qui consiste à passer de longues heures peu glorieuses et sans histoire à surveiller avec vigilance les baigneurs qui s’amusent par une journée ensoleillée.

Comme pour la sauveteuse dans la vraie vie, si je fais mon travail correctement, vous remarquerez à peine ma présence… jusqu’à ce vous ayez besoin de moi. J’ai le devoir et le privilège de veiller au respect, dans l’ensemble du cabinet, de nos meilleures pratiques ainsi que des innombrables règlements externes visant à protéger les investisseurs (c’est-à-dire VOUS) de tout méfait financier. Je fais tout mon possible pour prévenir les problèmes et signaler ceux qui pourraient quand même survenir. Ce qui signifie que…

http://gph.is/2c1GQop

 

Nous sommes toujours prêts à passer à l’action

Mes collègues et nos clients s’attendent à ce que je sois toujours prête à me jeter à l’eau et à agir, s’il le faut. Heureusement, nous travaillons avec rigueur : la plupart du temps, tout se passe pour le mieux et nous sommes tous occupés à servir nos clients. Mais en raison de la multitude de règlements externes et de meilleures pratiques internes, nous sommes submergés de politiques et de procédures qu’il faut veiller à appliquer. De temps à autre, une grosse vague de nouvelles exigences déferle, comme cette année, avec le nouveau MRCC2. Dans ces cas-là, tout le monde est sur le qui-vive.

http://gph.is/1MAuqma

 

Une expertise renforcée est essentielle

Je dois admettre que ma musculature n’est pas comparable à celle d’une vedette de cinéma qui s’entraîne régulièrement. Cependant, comme l’exige mon rôle de chef de la conformité, j’essaie de rester alerte grâce à la formation continue et à l’expérience pratique. Pour devenir chef de la conformité, il m’a d’abord fallu réussir plusieurs examens de l’Institut canadien des valeurs mobilières, notamment le cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada, le cours relatif au Manuel sur les normes de conduite, l’examen d'aptitude pour les chefs de la conformité et le cours à l'intention des associés, administrateurs et dirigeants. Au quotidien, je me tiens également informée de l’évolution de toutes les règles de l’OCRCVM (secteur des placements) et du CANAFE (lutte contre le blanchiment d’argent), ainsi que des lois sur la protection des renseignements personnels au Canada. Croyez-moi, il y a énormément de subtilités, ce qui signifie que…

http://gph.is/2atud6K

 

On ne s’ennuie jamais

L’aspect que je préfère le plus dans mon rôle de chef de la conformité est aussi l’un de mes plus grands défis : aucune journée ne se ressemble. De nouvelles règles, de nouvelles questions, de nouveaux projets… Il se passe toujours quelque chose dans notre petit (du moins par rapport aux grandes institutions bancaires) mais dynamique cabinet. C’est ce que j’aime dans mon travail. Voici quelques-unes des tâches qui m’occupent :

  • Me tenir informée sur la réglementation : me mettre à jour, m’adapter et informer mes collègues au besoin.
  • Promouvoir une culture de la conformité tant au niveau individuel qu’à l’échelle du cabinet; prévenir rapidement le président et le chef de la direction de tout ce qui peut présenter un risque pour nos clients ou leurs placements.
  • Passer littéralement en revue chaque nouveau compte, portefeuille de client existant, document signé par les clients et registre d’opérations quotidiennes pour en vérifier l’exactitude et m’assurer du respect de nos politiques.
  • Passer littéralement en revue toutes les communications individuelles et diffusées : guides, présentations, blogues, vidéos, bulletins d’information, publications de médias sociaux, etc.
  • Désigner des remplaçants si je ne suis pas disponible, assurer la liaison avec les organismes de réglementation et gérer les vérifications périodiques.

 http://gph.is/1sFY7Lt

 

Nous sommes à la fois le gentil et le méchant

Mon rôle chez PWL peut être délicat, tout comme celui d’une sauveteuse qui, aussi amicale soit-elle la plupart du temps, peut se transformer en gendarme si vous mettez votre vie ou celle des autres en danger. Nous prenons la conformité très au sérieux à tous les niveaux; j’assume donc généralement le rôle de la gentille, mais de temps à autre, je dois intervenir au sujet d’une décision qui, quoique bien intentionnée, n’est pas tout à fait conforme aux règles et règlements qui, par ailleurs, évoluent rapidement. Faire office de gendarme n’est pas ce que je préfère, mais encore une fois, nous sommes tous dans le même bateau : les gens sont donc plutôt compréhensifs lorsque cela m’arrive. De plus, pour moi…

http://gph.is/2eY4aWo

 

C’est une affaire personnelle

Les chefs de la conformité sont non seulement responsables de la conformité de leur cabinet sur le plan professionnel, mais ils peuvent également être tenus personnellement responsables en cas de problème. Outre mes fonctions de chef de la conformité, je suis aussi directrice chez PWL, comme l’exige mon poste. Par principe, tout cabinet de services financiers doit avoir un chef de la conformité, et tout chef de la conformité doit mettre ses propres intérêts en jeu.

En fait, mon travail me tient tout simplement à cœur. Si un manquement à la conformité que j’aurais pu éviter devait survenir et causer du tort à qui que ce soit, je me sentirais aussi mal qu’une sauveteuse qui n’a pu empêcher que quelqu’un sous sa surveillance se blesse.

http://gph.is/2hdlbQK

 

C’est un rôle gratifiant

On pourrait croire qu’on épilogue sur les multiples règles, règlements et formalités sans intérêt auxquels le secteur financier est soumis. Selon moi, ils ne sont pas du tout sans intérêt, et nous avons de bonnes raisons de nous y attarder. En fin de compte, ces règles existent pour protéger VOTRE bien-être financier, et mon rôle consiste à m’assurer que nous les respectons totalement. Je suis reconnaissante de tout le soutien dont je bénéficie, qui me permet de faire mon travail correctement en votre nom. C’est un rôle que j’adore, même si je n’ai pas de vue imprenable sur l’océan.

http://gph.is/2ci7I8e

 

Par : Jennifer Vachon avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.