Anthony Layton MBA, CIM

Président du conseil d’administration et
chef de la direction, gestionnaire de portefeuille

Peter Guay MBA, CFA

Gestionnaire de portefeuille
Contact
  • T514.875.7566 x 224
  • 1.800.875.7566
  • F514.875.9611
  • Place Alexis Nihon
  • 3400 de Maisonneuve Ouest,
  • Bureau 1501
  • Montréal, Québec H3Z 3B8

L’ISR et les facteurs ESG

22 mai 2018 - 0 commentaires

 

L’investissement socialement responsable (ISR) gagne en popularité depuis quelques années et il est facile d’en comprendre les raisons. Vous vous trouvez à investir votre argent et à bâtir un patrimoine en alignant vos placements sur vos valeurs personnelles. Mais en quoi consiste l’investissement socialement responsable et comment pouvez-vous être sûrs que vous investissez d’une manière éthique? 

L’investissement socialement responsable correspond à une stratégie de placement qui prend en compte à la fois le rendement financier et le bien collectif et vise le changement social. Le rendement financier est une notion que nous connaissons tous, mais vous vous demandez probablement ce que signifie le bien collectif, pas vrai? En fait, ce concept varie en fonction des valeurs de chacun, mais il est habituellement défini dans le secteur des placements de la façon suivante : les facteurs environnementaux, sociaux et liés à la gouvernance ou (ESG). 

Les facteurs environnementaux tiennent compte de l’impact des entreprises sur la qualité de l’air, la terre, l’eau et la santé humaine. Les facteurs sociaux englobent les antécédents des entreprises dans le domaine des droits de la personne et le soutien accordé aux collectivités où elles exercent leurs activités. Enfin, les facteurs liés à la gouvernance comprennent les pratiques de rémunération de la direction, la diversité du conseil d’administration et la gestion des risques d’entreprise. 

Examinons les chiffres. Comme je l’ai dit, l’IRS est de plus en plus populaire et les milléniaux qui investissent génèrent une croissance considérable dans ce secteur, car ils sont plus susceptibles que les baby-boomers de tenir compte des facteurs ESG dans leurs décisions de placement. Ils recherchent davantage les entreprises qui s’efforcent de relever les défis environnementaux et sociaux actuels. 

Selon le rapport de tendances 2016 de l’Association pour l’investissement responsable (AIR), les actifs faisant partie d’une stratégie d’investissement responsable au Canada ont une valeur approximative de 1,5 billion de dollars. Ce rapport indique aussi que l’investissement responsable représente 38 pour cent du secteur des placements canadien. Je prévois que ce pourcentage augmentera, surtout depuis que la Loi sur les régimes de retraite de l’Ontario exige que ces régimes comprennent un énoncé sur l’investissement socialement responsable dans leurs politiques de placement. 

Comment faire, donc, pour mettre en place un portefeuille de placements socialement responsable. Voici quelques réponses à cette question. 

Le premier moyen est la sélection négative, qui consiste à exclure les entreprises et les industries dont les pratiques et les comportements sont contraires à vos valeurs. Certaines personnes ne veulent pas investir dans les produits du tabac, de l’alcool ou du cannabis, tandis que d’autres éliminent les sociétés dont les activités sont considérées comme défavorables à l’environnement et au bien collectif. À titre d’exemple, le mouvement récent aux États-Unis pour ou contre le contrôle des armes à feu incite de nombreux investisseurs à s’interroger sur la présence de fabricants d’armes dans leur portefeuille et les moyens de les éviter. 

Un autre moyen consiste à tenir compte des cotes ESG. Plusieurs indices sélectionnent et classent les entreprises en fonction de leurs pratiques ESG. Ils fondent la pondération de chacune des entreprises sur son classement selon ces critères. 

Il n’existe cependant pas de rapport ESG global qui évalue toutes les sociétés ouvertes, mais plusieurs indices sont produits par des fournisseurs indépendants. Comme vous vous en doutez, les méthodes employées varient énormément, donc le mieux est de travailler avec un conseiller en qui vous avez confiance pour trouver les placements qui vous conviennent. Personnellement, je privilégie les FNB basés sur le système d’évaluation MSCI ESG, pour lequel je fournis un lien ci-après. 

La popularité croissante des indices comme celui-là indique aux sociétés ouvertes que si elles veulent mobiliser des fonds sur les marchés, elles attireront davantage les investisseurs si elles ont un comportement éthique. 

Le dernier moyen dont je parlerai est l’investissement d’impact. Les rendements ne sont alors pas le principal objectif. Vous investissez plutôt dans des projets dont le rendement pourrait être inférieur à celui du marché, mais qui correspondent à vos objectifs environnementaux ou sociaux. Le financement de projets d’assainissement de l’eau ou le microfinancement de petites entreprises dans les pays africains pauvres en constituent de bons exemples. 

Il est important de comprendre que l’investissement socialement responsable ou conforme aux principes ESG ne donnera pas nécessairement lieu à des rendements supérieurs dans votre portefeuille. À ma connaissance, aucune étude universitaire n’est en effet parvenue à de telles conclusions. Si vous en connaissez une, dites-le-moi! Cela dit, si l’affirmation de vos valeurs et de vos opinions au moyen de vos placements est importante pour vous, il se peut que vous soyez prêts à renoncer à un certain rendement financier pour avoir la conscience tranquille et la certitude que vous agissez pour le bien de la planète et des autres. 

Comme toujours, je fournirai quelques liens ci-après pour ceux qui souhaitent lire d’autres documents sur l’ISR, les facteurs ESG et l’investissement d’impact. Laissez un commentaire plus bas si vous avez des questions sur cet épisode ou que vous souhaitez me contacter. 

Par : Peter Guay avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.



 Security code