Anthony Layton MBA, CIM

Président du conseil d’administration et
chef de la direction, gestionnaire de portefeuille

Peter Guay MBA, CFA

Gestionnaire de portefeuille
Contact
  • T514.875.7566 x 224
  • 1.800.875.7566
  • F514.875.9611
  • Place Alexis Nihon
  • 3400 de Maisonneuve Ouest,
  • Bureau 1501
  • Montréal, Québec H3Z 3B8

Information sur les marchés (janvier – juillet 2018)

20 juillet 2018 - 0 commentaires

Après une année exceptionnelle en 2017, les marchés ont offert des rendements modestes au cours du premier semestre de 2018. Remarquons que les analystes se sont trompés dans leurs prévisions, une fois de plus.

L’inaptitude de ces soi-disant experts n’est pas une surprise pour les clients de PWL, mais c’est un bon rappel du danger d’investir en se basant sur des prédictions.

Raymond Kerzerho, directeur de la recherche chez PWL, nous présente les rendements enregistrés par les principales catégories de titres au premier semestre de 2018.

  • Les indices d’obligations à court-terme et universels ont généré des rendements de 0,5 % et 0,6 % respectivement.
  • Les actions canadiennes ont affiché un rendement de 2,0 %. Les actions à grande capitalisation, de valeur et de croissance ont enregistré un rendement similaire, alors que les actions à petite capitalisation ont sous-performé.
  • Aux États-Unis, le S&P 500 a produit un rendement de 2,8 %. Les Canadiens bénéficient de l’appréciation du dollar américain par rapport au huard et ajoutent 5 % à ce rendement, pour un rendement du S&P 500 en dollars canadiens de 7,8 %. Les actions à petite capitalisation et de croissance ont fait mieux que les actions à grande capitalisation et de valeur.
  • Pour les actions des pays développés à l’échelle mondiale, le rendement s’est élevé à 2,5 %, un résultat qui s’explique surtout par l’appréciation des devises étrangères. Comme pour le marché américain, les actions à petite capitalisation et de croissance ont fait mieux que les actions à grande capitalisation et de valeur.
  • Les actions des marchés émergents ont baissé de 1,8 %.

Vous vous rappelez peut-être qu’à la fin de l’année dernière, de nombreux observateurs prédisaient que les cours des obligations et des titres à revenu fixe allaient descendre, dans le sillage des hausses de taux d’intérêt décidées par les banques centrales américaine et canadienne afin de refroidir l’économie.

Ils ont en effet descendu – jusqu’à ce qu’un imprévu survienne, comme il arrive si souvent. Cette fois-ci, nous avons appris que Donald Trump était sérieux quand il disait vouloir déclencher une guerre commerciale avec ses principaux partenaires commerciaux. Avec l’incertitude que ce début de guerre a déclenchée, les investisseurs ont cherché refuge dans les obligations et les titres à revenu fixe, ce qui a fait augmenter leurs cours.

L’autre thème important de la fin de 2017 concernait la direction que prendrait les rendements des marchés américains. Certains analystes estimaient que les valorisations avaient atteint un niveau excessif et que les marchés allaient s’effondrer, alors que d’autres prédisaient toujours plus de gains grâce aux baisses de taxes, à la dérégulation et à la très forte hausse des profits des entreprises.

Aucune des prédictions ne s’est produite – le S&P 500 a fluctué, mais est resté quelques points plus haut que son niveau de départ en 2018. Désormais, les mêmes experts nous disent que la guerre commerciale sera finalement le coup qui fera tomber les actions américaines. Seriez-vous prêt à parier sur leurs prédictions?

Tout cela nous confirme que la meilleure approche afin de bâtir un patrimoine est de se concentrer sur le long terme et d’ignorer les fluctuations quotidiennes des marchés.

Nous ne pouvons pas prédire l’avenir. Personne ne le peut. C’est pourquoi les investisseurs devraient toujours contrôler ce qu’ils peuvent contrôler : en conservant leurs placements, en diversifiant leur portefeuille entre différentes catégories d’actif et différentes régions (y compris hors de l’Amérique du Nord) et en minimisant les impôts et les frais qu’ils ont à payer.

C’est notre approche chez PWL Capital, une approche basée sur les meilleures recherches à l’échelle mondiale en matière d’investissement. C’est une façon éprouvée de bâtir sa richesse tout en gérant les risques efficacement. Alors ignorez ceux qui prétendent prédire l’avenir et profitez de l’été. Votre portefeuille vous en remerciera.

 

- Tony & Peter

Par : Anthony Layton & Peter Guay avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.



 Security code