Anthony Layton MBA, CIM

Président du conseil d’administration et
chef de la direction, gestionnaire de portefeuille

Peter Guay MBA, CFA

Gestionnaire de portefeuille
Contact
  • T514.875.7566 x 224
  • 1.800.875.7566
  • F514.875.9611
  • Place Alexis Nihon
  • 3400 de Maisonneuve Ouest,
  • Bureau 1501
  • Montréal, Québec H3Z 3B8

Comment utiliser un REEE pour épargner en vue de la retraite

17 juillet 2018 - 0 commentaires

 

Il est parfois compliqué d’épargner. Une fois passée la tentation de dépenser, il y a tellement de régimes d’épargne différents qu’il est difficile de savoir lequel privilégier. La plupart des articles sur les finances personnelles analysent le pour et le contre des REER et des CELI. Mais si vous avez des enfants et que vous vivez au Québec, je pense que vous devriez cotiser d’abord à un REEEAnchor!

Lorsqu’on pense à épargner, la perspective d’un généreux remboursement d’impôt nous incite souvent à vouloir investir d’abord dans notre REER. Après tout, qui n’aime pas partir en vacances ou entreprendre des rénovations de printemps avec l’argent d’un gros remboursement d’impôtAnchor? Si vous ne pouvez pas faire les deux, une cotisation à un REEE vous rapportera davantage. Pourquoi ? Parce que le REEE associe les avantages d’un REER et d’un CELI.

Comment fonctionne un REEE

Au Québec, un REEE donne droit à des subventions de contrepartie de 30 % sur un maximum de 2 500 $ de cotisation par enfant par année. C’est presque autant que le remboursement d’impôt que vous obtenez sur une cotisation équivalente à un REER. De plus, comme les subventions sont versées dans le REEE, vous ne pouvez pas les dépenser comme vous feriez avec un remboursement d’impôt! Voilà déjà une belle façon de prendre de bonnes habitudes!

Comme un CELI, donc, les fonds provenant du REEE sont pratiquement libres d’impôt. Cela s’explique du fait que les sommes correspondantes à la croissance et aux subventions sont retirées au nom de l’enfant pendant ses études universitaires, à une période où il n’est pas susceptible de gagner grand-chose d’autre. Les cotisations d’origine peuvent être retirées à votre nom, également libres d’impôt, parce que ce sont des dollars après impôt que vous avez versés au régime.

Ainsi, si vous cotisez chaque année de manière à maximiser les subventions que vous recevez, cela revient à une cotisation totale de 36 000 $ au REEE sur 15 ans. Vous accumulerez 10 800 $ en subventions pendant cette période. Si les placements rapportent en moyenne 5 % par année, vous accumulerez aussi environ 40 000 $ en termes de croissance d’ici à ce que votre enfant atteigne l’âge de 19 ans et soit prêt à aller à l’université. En tout, cela vous procure environ 86 000 $ pour financer les études universitaires de l’enfant.

Soldes du REEE après 18 ans (à 5 % de rendement)
Cotisations 36 000 $
Subventions 10 800 $
Croissance Environ 40 000 $
Total  Environ 86 800 $

 

Si vous décidez de payer entièrement les études universitaires et les frais de subsistance de votre enfant, vous aurez accumulé suffisamment d’argent pour le faire. Mais qu’est-ce qui se passera si l’enfant habite chez vous pendant ses études ou si vous acceptez de partager les coûts avec lui? Les frais de scolarité au Québec sont encore très peu élevésAnchor!

La retraite et le REEE

C’est ici que nous reparlons d’épargne-retraite! Si vos enfants n’utilisent pas tout l’argent qui s’est accumulé dans le REEE en vue de leurs études, vous pouvez retirer vos cotisations d’origine, libres d’impôt, et les verser dans votre REER à ce moment-là. Si vous faites ça, il vous restera tout de même environ 50 000 $ pour financer les études des enfants.

Voici toutefois quelques éléments à prendre à considération :

Votre enfant doit poursuivre ses études pendant au moins deux semestres après l’école secondaire. Qu’il aille à l’université, dans une école spécialisée ou au cégep, il sera possible de retirer du REEE les sommes correspondant aux subventions et à la croissance au nom de l’enfant.

Vous devez retirer toutes ces sommes du régime au nom de votre enfant avant de retirer les cotisations d’origine en votre nom à vous.

  1. Essentiellement, vous pouvez considérer cette stratégie comme un prêt sans intérêt de votre épargne-retraite au REEE pendant pratiquement 20 ans. Ces fonds rapporteront plus que dans un REER en raison de l’effet d’amplification des subventionsAnchor. Au bout de 20 ans, vous reversez les cotisations d’origine (36 000 $) dans votre REER, où elles s’apprécieront jusqu’à votre retraite. Vous obtiendrez alors la déduction fiscale, à un moment où vous être plus susceptibles de vous trouver dans les tranches d’imposition les plus élevées de toute façon.
  2. J’espère que cette explication vous a aidés à comprendre les avantages d’épargner dans un REEE plutôt que dans un REER!

Essentiellement, vous pouvez considérer cette stratégie comme un prêt sans intérêt de votre épargne-retraite au REEE pendant pratiquement 20 ans. Ces fonds rapporteront plus que dans un REER en raison de l’effet d’amplification des subventions. Au bout de 20 ans, vous reversez les cotisations d’origine (36 000 $) dans votre REER, où elles s’apprécieront jusqu’à votre retraite. Vous obtiendrez alors la déduction fiscale, à un moment où vous être plus susceptibles de vous trouver dans les tranches d’imposition les plus élevées de toute façon. 

J’espère que cette explication vous a aidés à comprendre les avantages d’épargner dans un REEE plutôt que dans un REER! 

Par : Peter Guay avec 0 commentaires.
Commentaires
Ce blogue n'a pas reçu de commentaires.



 Security code